mardi 26 juin 2012

26 Juin, Le retour...une semaine plus tard


Cela fait maintenant un peu plus d’une semaine que nous sommes revenus, j’ai volontairement attendu avant de publier mon blog du 19 juin car je le trouvais un peu tristounet...  Je voulais attendre d’avoir un peu plus de positif à partager, histoire de ne pas vous paraître sur le bord de la dépression!

L’adaptation se poursuit, après avoir réglé les détails techniques de la vie quotidienne (trouver un téléphone, l’internet, aviser les assurances de notre retour, réparer les petits bris mineurs sur la maison, refaire une pelouse avec l’amas de terre qui ornait notre devant de maison, magasiner une nouvelle auto, inscrire les enfants à leur nouvelle école, etc.)  Nous avons un peu plus de temps maintenant pour décanter et réaliser à quel point notre voyage nous a enrichis à plusieurs niveaux (sauf financièrement bien entendu!).  L’atmosphère familiale est très détendue, les enfants sont toujours l’un sur l’autre, à jouer ensemble mais ayant plus d’espace maintenant les accrochages entre eux sont quasi inexistants.  En revenant dans la voiture l’autre soir, Tristan était couché, la tête accotée au milieu et Rafaël lui caressait les cheveux. J’ai regardé Patrice et lui ai demandé combien de garçons de 10 ans, selon lui, aurait le réflexe de cajoler leur frère de 9 ans ainsi.  Leur relation est très intense et ils semblent avoir besoin d’être en contact physiquement entre eux et avec nous.  Nous n’avons jamais reçu autant de câlins!

Évidemment, nous avons revu nos proches avec grand plaisir; cela nous a fait du bien et a redonné un sens à notre retour.  Une impression étrange persistait toutefois lors de tous nos rencontres, nous avions l’impression de les avoir vus la semaine dernière!  C’était comme si nous n’étions pas partis, ou presque.  Un autre phénomène étrange se produisait à chacune de nos rencontres, c’est le fait que les gens connaissaient déjà toutes nos aventures en raison de notre blog…  Habituellement, lorsque l’on revient de voyage, les gens nous posent milles et unes questions et on leur partage nos péripéties; dans ce cas-ci, nous avions l’impression de nous répéter puisque les gens pouvaient généralement terminer notre anecdote avant nous!

Bref, le retour à la réalité se déroule bien, j’ai la chance de réintégrer le travail seulement à l’automne et de passer l’été avec les garçons.  Pour Patrice cependant le choc du retour au travail se fera dès la semaine prochaine…

Je vous ai écrit aujourd’hui notre dernier blog… jusqu’à notre prochaine aventure!  Merci de nous avoir suivis en si grand nombre. J’espère que nous avons su vous transmettre un peu de notre passion pour la voile mais surtout que nous vous avons donné le goût d’aller au bout de vos rêves pour profiter pleinement de la vie!

19 juin, Kanata, ON : Retour à la réalité...


Nous sommes arrivés en terre canadienne, plus précisément à Main Duck Island, la fin de semaine dernière.  Nos amis de la Jeannoise et l’équipage de Maximo Alejandro nous y attendaient.  Ce fut de belles retrouvailles qui ont mis un peu de baume sur la fin de notre belle aventure.  Je vous écris aujourd’hui de notre demeure à Kanata, nous y avons remis les pieds dimanche soir après une absence de près d’un an.  Au départ, j’avais intitulé ce blog, le retour à la vraie vie… mais cela sonnait trop faux pour moi, car pour nous, la vraie vie, elle était là-bas ; ici c’est la réalité que nous devons ou que nous choisissons de réintégrer.  Plusieurs voiliers et équipages que nous avons croisés étaient heureux de retourner chez eux, reprendre leurs habitudes et leur rythme de vie, pour nous, ce n’était pas vraiment le cas.  Nous étions réellement bien sur Raftan malgré les aléas de la vie de navigateurs et d’itinérance.  Nous aimions ce rythme et ce style de vie.  Mais voilà, l’être humain étant bien fait, nous nous adapterons à ce retour et y trouverons certainement de nombreux avantages d’ici quelques semaines.  Pour l’instant, c’est un peu l’état de choc.  En voile, nous avions un but, un sens à tous nos gestes et décisions depuis notre départ;  nous devions surveiller la météo, assurer notre sécurité, prévoir les escales, lire sur les destinations, s’approvisionner, etc.   Lorsqu’hier soir je me suis retrouvée pour la première fois assise devant la télévision,  j’ai senti un vide intense s’emparer de moi.  Cela ne faisait tout simplement pas de sens pour moi d’être entre quatre murs à regarder l’écran.  J’avais l’impression étrange de perdre mon temps, d’être en train de manquer quelque chose… cela doit être ça le « blues » du retour.

Cette aventure nous a probablement changés et ce plus que nous le croyons, notre regard sur notre vie d’avant a déjà beaucoup changé.  Mon expédition d’hier au Costco m’a même un peu traumatisée!  Après avoir vécu avec très peu d’accès aux biens et provisions pendant près d’un an, je me suis sentie dépassée par la quantité de choix que nous devons faire lors de l’épicerie.  Dans les îles c’est plutôt simple, s’ils ont des bananes tu en achètes; s’ils ont des tomates sans moisissures, tu en achètes; si tu trouves de la viandes fraîches… tu sautes dessus!   Je me souviens à quel point les enfants étaient excités lorsque j’ai acheté des céleris à Sainte-Lucie…   Bref, nous faisions avec ce qui était disponible, alors imaginez le changement de revenir à une épicerie nord américaine.  Il y a tout de même de grands avantages à pouvoir prendre son auto, se rendre à l’épicerie, mettre les sacs dans sa valise et revenir à la maison en moins de deux heures sans se soucier des vents, de la météo et sans avoir à marcher avec des sacs tellement lourds qu’ils donnent l’impression que nos bras s’allongent.  Le plus gros avantage que je vois à ce jour est d’avoir une laveuse à linge à proximité, à volonté, que je peux quitter momentanément pour vaquer à d’autres occupations!

Ce fut une aventure extraordinaire et les souvenirs que nous en rapportons nous animeront pour les années à venir.  Nous commençons à peine à réaliser, lorsque nous racontons notre vécu aux gens que nous rencontrons, à quel point nous en avons vu et fait des choses en si peu de temps.  Nous avons énormément appris, nous avons pris de l’assurance en tant que navigateurs et nous avons tissés des liens familiaux encore plus étroits que jamais. 

Ce n’est donc pas la fin d’un rêve pour nous puisque la voile fait partie intégrante de notre vie.  Je dirais plutôt que c’est le premier pas, celui qui donne le goût d’avancer encore plus rapidement vers le rythme de vie auquel nous aspirons.

vendredi 15 juin 2012

15 juin, Oswego, NY : La fin des écluses!!!

Nous avons franchi notre dernière écluse à 9h30 ce matin...  hourra!!  C'est réellement un soulagement, bien que les 9 dernières écluses furent plus aisées (car elles descendaient au lieu de monter), chaque écluse est un nouveau défi...  elles sont toutes différentes les unes des autres et nous ne savons jamais à quoi nous attendre.  Les matelots ont très bien fait cela, ils étaient tout heureux lorsqu'on leur a donné leur première paie à vie soit 1 dollar par écluse chacun!!

Nous sommes donc à Oswego, nous préparons le mât pour le remettre debout d'ici peu.  Nous avons bien hâte que Raftan retrouve ses voiles car le moteur... on n'est vraiment pas fait pour ça!

Nous devrions passer la nuit ici et partir demain matin en direction de Main Duck Island pour une petite escale avant notre retour à Kingston dimanche.  Si les vents sont très favorables, nous nous rendrons peut-être directement à Kingston mais cela reste à voir.

À bientôt!! 
L'équipage de Raftan

mardi 12 juin 2012

12 juin, Écluses jour 1, NY

Nous avons franchi notre première écluse!  Hier nous avons procédé au dématage, tâche très décourangeante puisque nous faisons cela que pour 4-5 jours et nous devrons remater à Oswego...  Mais tout a très bien été et nous voilà avec notre mat couché sur le voilier.
 
Nous avons franchi l'écluse de Troy hier soir et nous entamerons les 33 prochaines écluses aujourd'hui avec l'équipage de Child's Play.  Au rythme où nous allons, nous serons arrivés à Kingston dimanche prochain!!

samedi 9 juin 2012

9 juin, Great Kills Harbour, NY

Il y a tellement à faire à New-York que je n'ai pas trouvé le temps d'écrire mon blog depuis que nous y sommes! Lors de notre première soirée à Atlantic Highland, nous avons eu le bonheur de voir mon frère et sa famille, incluant mes trois adorables nièces dont deux toutes neuves identiques!! Nous avons passé les quatre derniers jours en leur compagnie...
Pour faciliter l'accès à la ville de New- York, nous avions changé de baie et étions à l'ancre à Great Kills Harbour sur Staten Island (et oui, à l'ancre à New York... faut le faire! Nous ne pouvions pas avoir accès aux fameux moorings de la 79 ième avenue comme la plupart des voyageurs québécois puisque notre voilier était trop lourd pour eux... et le quai cher et inconfortable). Bref d'où nous étions, nous avions accès à New-York via un train puis un transfert au ferry de Staten Island ou bien via un autobus express qui nous amenait directement à Central Park. La première journée, nous avons beaucoup marché dans la ville pour prendre le pouls des citadins et se mettre dans l'ambiance. Ce fut réussi! Nous avons fait un détour par le chinatown pour y manger dans un resto typique puis nous nous sommes rendus au Time Square. Tout est surdimentionné l'a-bas, non seulement les portions au resto mais également les magasins, les affiches, les gens..! Le Toys R Us comporte trois étages, il y a un dynosaure animé grandeur nature, des constructions de légo gigantesques, une grande roue pour divertir les petits, des mascottes, des jeux vidéos, etc, etc, etc. La stimulation est à son comble! En sortant du Toys R Us nous sommes au coeur du Time Square avec les néons et affiches géantes, les télévisions de la grandeur d'un édifice... Bref, c'est la surstimulation mais pour une journée c'est tout un divertissement! Nous sommes allés au Légo Store et au Nintendo Store, des musts pour les garçons. Nous avons mangé au resto avec mon frère, pas évident de trouver un endroit pour une poussette double et une poussette simple mais nous y sommes parvenus. Après le resto ce fut direction métro pour attrapper le ferry de Staten Island puis le train direction Great Kills... ouf!!! Pour de petits marins comme nous ayant erré depuis des mois dans des endroits très peu habités ce fut tout un choc mais très amusant par contre. Je crois que tous les payss réunis que nous avons visités dans notre voyage ne comportaient pas autant d'habitants que la ville de New-York!

Après une nuit reposante et calme à l'ancre, nous avons repris l'autobus le lendemain pour nous rendre à Central Park et visiter l'American Museum of Natural History. Ce musée est à voir absolument, il y a tellement d'expositions différentes que nous aurions nécessité au moins une semaine à temps complet... Les enfants ont adoré l'exposition sur l'origine de l'espèce humaine où nous pouvions y voir des cranes des hommes de cro-magnons, des squelettes momifiés, etc. Nous avons eu beaucoup de plaisir à visiter l'expositions sur la vie marine puisque cela nous permettait de revoir et identifier plusieurs espèces que nous avions vues en voyage. Nous avons alors réalisé à quel point nous en avons appris des choses en cours de route. Après le film imax "Born to be Wild", Mon frère nous y a rejoint et nous sommes allés nous promener ensemble dans Central Park. Nous avons repris l'Express et sommes revenus au voilier en fin de soirée, mon frère quittait New-York aujourd'hui mais nous les reverrons très bientôt au Canada.

Ce matin, au réveil, nous avons réalisé que le réservoir de toilette était plein (bon réveil!) Nous avions alors besoin de nous désancrer pour un "pump out", nous en avons donc profité pour poursuivre notre route vers le nord en espérant rejoindre Child's Play qui quittait New York ce matin et que nous n'avions pas revu depuis les Îles Vierges. En route, nous avons eu droit à un abordage des Coast Guards américains, ils sont venus à bord s'assurer que nous avions tout l'équipement nécessaire pour naviguer légalement et surtout pour s'assurer que nous avions bien fait nos douanes à New York! Cela nous a ralenti un peu mais nous avons malgré tout rejoint Child's Paly, au moment d'écrire ces dernières lignes nous nous sommes ancrés à côté d'eux et nous aurons sans doute un beau 5 à 7 à se raconter nos expériences respectives des derniers mois...

En terminant, nous avons parlé ce matin à Dancing Lézard, un voilier québécois que nous avons vu à quelques reprises lors de notre voyage mais surtout qui était avec nous à la marina de Hampton il y a une semaine. Il nous a appris que la marina que nous avons quitté le vendredi a été victime d'une tornade importante dans la nuit suivante... Leur voilier a subi des dizaines de milliers de dollars de dommage alors qu'il était au quai dans une marina (voile de génois brisée, bimini arraché, éolienne envolée, etc.) les vitres des marinas se cassaient, des arbres centenaires furent déracinés, les voitures et voiliers furent endommagés +++ Tout cela alors que nous avions décidé d'aller nous ancrer dans une baie à seulement deux miles de là... Nous avons réellement eu de la chance car les deux nuits précédantes nous y étions et surtout jusqu'à la dernières minute nous avions envisagé d'aller à la marina d'à côté (qui a également été affectée) pour assiter au festival des pirates qui avait lieu le lendemain. Nous avons eu beaucoup de vent cette nuit-là... nous comprenons maintenant pourquoi. Nous avons eu beaucoup de chance, cela nous aide à nous réconcilier avec mère nature ;)

Nous procéderons donc dans la Hudson River au cours des prochains jours, nous devrions démater d'ici mardi à Cat Skill... ça sent le retour à la maison!

lundi 4 juin 2012

4 juin, Atlantic Highlands, NJ

Finalement!! Nous sommes arrivés à New York à 6h30, ce matin, heureusement que la lueur du soleil apparaît à 5hrs car le port de New York est plutôt achalandé!     Il s'agissait de notre dernière journée en mer et puisque cela m'attristait un peu, dame nature s'est chargée, à nouveau, de m'aider à l'accepter...  Nous avons eu droit aux plus gros orages en mer que nous n'ayons eu de tout le voyage!!  Tout a commencé par un alerte météo sur le VHF, un mélange entre une sirène de pompier et un alarme nucléaire, (un peu stressant quoi!) indiquant aux embarcations de trouver refuge.  Nous sommes parvenus à éviter certains orages grâce au radar, en se faufilant entre deux et en faisant du sur place à l'aide d'une mise à la cap (technique qui consiste à immobiliser le voilier en balançant les voiles et le gouvernail).  Donc, pour notre dernière journée, nous y avons goûté... nous savons maintenant qu'il y a tout une différence en mer entre des vents de 30 noeuds et de 40 noeuds!!!
 
Nous avons pris une bouée à la marina, les vents seront forts aujourd'hui et cela nous assure une tranquillité d'esprit.  En espérant que la pluie cesse pour que nous puissions aller à terre rejoindre mon frère et sa famille qui devrait arriver aujourd'hui.